Bannie_re_provisoire

AMPLI INTEGRE

HEGEL H80

Hegel_h80_html_4732d671

Le fabricant norvégien Hegel fait partie de ces concepteurs d’électroniques qui savent ingénieusement se positionner par des produits parfaitement en adéquation avec les besoins du moment. Nous attendions donc avec impatience l’arrivée de cette synthèse technique entre le meilleur de la conversion et de l’amplification de la marque.

Le nouveau modèle H80 affiche une puissance sensiblement supérieure de 75 W contre 70 W par rapport à son petit frère, le H70. Mais il ne s’arrête pas là. Si d’apparence les deux se ressemblent, ce nouvel intégré diffère considérablement en conception. Le H80 reprend une bonne partie du principe de la série Référence. Il s’adosse sur une section analogique dont les étages de sortie maison SoundEngine apportent une transparence et une dynamique accrue. La préamplification est également directement tirée de cette même série Référence. Enfin, la section numérique du convertisseur a elle aussi été totalement revue pour s’inspirer du travail fait sur le modèle de convertisseur séparé HD11.

Description générale

Le châssis traditionnel au format des autres électroniques de la marque joue la sobriété et la discrétion. Pour un meilleur contrôle de stabilité, il s’adosse sur trois pieds uniquement. A l’avant, la façade dépouillée est parée d’un jeu de boutons rotatifs pour gérer le volume et la commutation des sources. La télécommande livrée avec l’appareil offre la gestion des sources, du volume mais également de l’application dématérialisée pour la lecture des plages via la connexion USB. Les entrées et sorties à l’arrière de l’appareil sont abondantes. Du côté des sorties analogiques d’abord, on trouve deux jeux de prises RCA dont une en bypass, qui peut être utilisée par exemple pour une installation de home-cinéma. Un jeu de prises XLR vient compléter l’ensemble et lui donner sa touche haut de gamme. De l’autre côté des deux jeux de borniers pour les enceintes se trouve la connectique numérique. Deux entrées coaxiales S/PDIF, deux fibres optiques TosLink et une USB pour ordinateur. A la différence de la concurrence, Hegel a fait le choix du zéro pilote et livre donc une section de conversion au système de reclockage propriétaire 100 % plug & play depuis l’ordinateur. De ce fait, la fréquence d’échantillonnage sur cette entrée est « limitée » à 96 kHz.

Hegel_h80_html_39f6d59a

Fabrication et écoute

Si la préamplification et la conversion ont été améliorées, la section d’amplification a, elle, été également revue. Avec le gain sur le bruit observé avec la structure SoundEngine sur le premier, le travail fait sur l’amplification amène une nette amélioration dans le pilotage des enceintes. Le facteur d’amortissement apporte une stabilité accrue sur le contrôle des haut-parleurs au H80. La bande passante est plus que généreuse avec ses 5 Hz-100 kHz laissant augurer un comportement exemplaire sur la tranche traditionnellement audible depuis nos sources habituelles.

Composants : L’alimentation est confiée à un énorme transformateur de 300 VA doublé d’un système de régulation du courant très soigné. Les quatre grosses capacités Nover Black de 10 000 µF sont volontairement réduites pour une meilleure tenue de la dynamique. L’étage d’amplification en classe AB est confié à un groupe de deux transistors de puissance par canal montés sur un gros radiateur commun. La section de conversion repose quant à elle sur un classique composant USB 2.0 Tenor 7022.

Grave : Gardant en mémoire l’écoute des modèles plus cossus, on retrouve cette signature sonore fort musicale où le bas du spectre s’étend volontiers avec rondeur mais sans tension. D’une bonne assise sur nos différentes enceintes, ce dernier reste cohérent même à bas volume. Nous avons apprécié sa justesse et sa présence notamment sur les accompagnements de trio jazz à la contrebasse.

Médium : Il constitue l’essentiel du message musical. L’auditeur a d’ailleurs tendance à se focaliser sur le médium. Le H80 offre une restitution racée dans ce domaine. Spontané, il s’impose sans aucune sensation de dureté, presque fruité. Nous avons apprécié tout particulièrement la très belle sonorité sur les cuivres et les prestations vocales aux accents charnels.

Aigu : La première impression qui vient est l’absence totale de crispation. Le velouté de la main droite au piano s’accorde aussi bien que la pression sonore d’un saxophone à une écoute à fort volume. A l’essai de nos différentes enceintes, nous avons noté que le H80 laissait le caractère de ces dernières s’exprimer en modérant avec musicalité toute agressivité dans l’aigu.

Dynamique : Le H80 nécessite l’utilisation d’enceintes de bon rendement pour donner le meilleur de lui-même. Malgré la réserve de courant importante, les watts sont tout de même limités pour de grosses et molles enceintes. Cependant, le facteur d’amortissement important permet, même à bas volume, d’apporter une réactivité complètement à propos. Le H80 suit alors parfaitement le rythme toujours en distillant une signature sonore mate et dépourvue d’agressivité.

Attaque de note : Vous l’avez deviné, il ne s’agit pas d’une électronique rapide aux accents fortement charpentés, mais d’une restitution toute en douceur. Le H80 met très bien l’accent sur la qualité du médium. Le réalisme des instruments s’en trouve bonifié, notamment au niveau des attaques, dont l’élégance nous a séduits.

Scène sonore : La scène sonore se présente avec une bonne spatialisation. L’étalement des plans dans l’espace en profondeur reste limité, mais contribue à une restitution naturelle sans sensation de manque. Les instruments sont perçus bien en place et correctement définis. En largeur, la scène est a contrario large et sans excès. L’écoute nous a semblé plutôt orientée au naturel qu’à l’exubérance.

Transparence : En apportant une signature sonore mate mitigeant toute extraversion, la restitution est racée sans renflement perceptible du spectre sonore. La palette tonale est crédible : son grave est rond et charpenté, et son médium est linéaire et bien en place. Le haut du spectre ne s’étend naturellement pas à l’infini, mais s’impose avec une tonalité sans effet de crispation.

Qualité/prix : En observant le marché, dans cette tranche de prix on trouve plus volontiers des préamplis/convertisseurs ou amplificateurs intégrés seuls. La finition est soignée, la connectique dorée, le châssis bien rigide et enfin un soin tout particulier a été apporté aux composants pour en témoigner. Hegel nous propose donc un combiné complet capable d’alimenter cinq sources numériques et deux analogiques à un prix qui nous semble très compétitif.

Hegel_h80_html_2c7cadcf

Verdict

Avec un traitement amélioré par rapport au modèle précédent grâce aux travaux sur les produits Référence, Hegel vient consolider sa position sur le marché de l’intégré avec force. Les entrées sont abondantes, l’intégration avec un système de home-cinéma ou une amplification séparée possible offrant ainsi une belle opportunité de progression. La dynamique et la scène sonore se sont également améliorées avec une image stéréo plus large et définie. La signature sonore de l’ensemble, mate et dépourvue d’agressivité, saura certainement séduire les amateurs d’électroniques très musicales que le H80 vient directement titiller.

Fiche technique

Origine : Norvège
Prix public : 1 590 euros
Dimensions :
8 cm x 43 cm x 34,5 cm (HxLxP)
Poids : 12 kg
Puissance en sortie :
75 + 75 W sous 8 ohms
Réponse en fréquence :
5 Hz – 100 000 Hz
Ratio Signal/Bruit : + 100 dB
Diaphonie stéréo : - 100 dB
Distorsion : - 0,01 %
50 W - 8 ohms - 1 kHz
Distorsion d’intermodulation :
- 0,01 % (19 kHz + 20 kHz)
Facteur d’amortissement : + 1 000