Bannie_re_provisoire

DAC

CHORD QBD76 HDSD

5

À nouveau convertisseur audionumérique Chord essayé, nouvelle référence. La technicité de ce nouveau DAC n’a d’égale que le résultat obtenu, à savoir une très haute musicalité dépassant les performances que l’on est en droit d’attendre dans cette gamme de prix.

La firme britannique Chord réalise des streamers audio, des DAC, ainsi que des préamplificateurs et des amplificateurs à destination des audiophiles avertis et des professionnels du son. Avant de fonder Chord en 1989, John Franks s’est distingué dans la conception d’alimentations à découpage de hautes performances. Il a occupé des postes de direction chez Astec, Raytheon et AT&T.

Un DAC hors du commun
Dans un coffret réalisé en aluminium de qualité aviation, John Franks a installé, dans un compartiment spécifique, une alimentation à découpage, séparée de la carte mère que l’on peut voir au travers du grand hublot transparent. L’éclairage interne varie en fonction de l’option choisie. Le Chord QBD76 HDSD ne présente pas moins de 8 entrées : 2 S/PDIF sur embases BNC 75 ohms, 2 optiques EIAJ sur connecteur TosLink, 2 AES sur une paire de XLR, et deux ports en USB dont l’un gère les signaux de haute définition, comme les fichiers DSD. Afin d’exploiter au mieux les possibilités de ce DAC, le constructeur a mis en ligne les dernières versions des pilotes pour PC (Windows 8) et pour Mac de Mac OS X 10.4 Tiger à 10.9 Mavericks. En sortie, le QBD76 HDSD offre le loisir de connecter un préamplificateur en asymétrique sur RCA ou en symétrique sur XLR, un mode de connexion à privilégier autant que possible.

Ergonomie
Hormis le commutateur secteur jouxtant l’embase IEC, le Chord ne comprend que trois commandes accessibles sur le dessus de l’appareil : Le sélecteur d’entrée, un inverseur de phase absolue et un ajustement du buffer qui va stocker dans une mémoire tampon un peu de données audionumériques, un peu plus ou pas du tout. Chaque pression sur l’une des trois touches de fonction affecte l’affichage d’un écran matriciel à LED, visible du petit hublot. Lorsque l’on regarde dans le grand, on aperçoit de minuscules LED tête d’épingle qui s’illuminent ou s’éteignent en fonction de la configuration du moment.

Le cœur du Chord
Le décodage des données emploie un processeur Xilinx Spartan, doté d’algorithmes de filtrage très performants. L’embase USB recevant des signaux asynchrones en haute définition dispose de son propre circuit programmé FPGA (Field Programmable Gate Array). Une attention toute particulière a été portée à la synchronisation des données en interne, dans le but de rendre ces transmissions les plus stables possibles et d’éliminer le jitter, ce que John Franks parvient à réaliser de manière magistrale.

6

Fabrication et écoute

Construction : Les Chord ne ressemblent à aucun autre appareil, sinon à un autre Chord. Le châssis en aluminium de qualité aviation est disponible en finition brossée ou anodisée en noir. Les hublots laissent les regards s’immiscer à l’intérieur éclairé, laissant voir les composants et l’afficheur, dans le hublot le plus petit.

Composants : Chord reprend dans ce DAC des composants à haute intégration, déjà présents dans les modèles d’entrée de gamme comme le petit Qute EX. La carte mère du QBD76 HDSD supporte beaucoup plus de composants.

Grave : Le travail sur la synchronisation des données est impressionnant, tant le registre grave fait preuve d’une fermeté et d’une définition exemplaires. C’est là où le Chord creuse l’écart avec la concurrence, tant la restitution est empreinte d’un naturel saisissant. La profondeur du grave ne semble pas déterminer de limite basse.

Médium : Décidément, le maître mot est « naturel ». Le Chord distille les moindres petits détails avec une facilité et une élégance dont pourrait s’inspirer la concurrence. Ce DAC respire et ne manque jamais de finesse sur les voix, les instruments riches en harmoniques et dont les fondamentales se trouvent dans la bande médium. On apprécie, là encore, le travail impressionnant accompli pour la réjection du jitter à des valeurs inaudibles.

Aigu : Ce registre s’inscrit dans la continuité des deux précédents et retranscrit la musique avec un sens de l’authenticité hors du commun ? Le Chord donne l’impression de se trouver dans la salle de concert, grâce à la pureté de ses timbres et de sa définition sortant des sentiers battus et rebattus. Les aigus, ciselés, renforcent la musicalité du QBD76 HDSD. Ce convertisseur n’en finit pas d’étonner ses auditeurs par ses nombreuses qualités analogiques, dans l’acception la plus musicale du terme.

Dynamique : Le Chord réagit aux moindres écarts de niveau qu’il suit sans simplification des signaux de faible à très faible amplitude. Il domine à la perfection le contenu dynamique des enregistrements et ne manque pas de réactivité. Ce comportement contribue de manière optimale à la richesse du son restitué dans ses moindres variations de niveau instantané. Si le petit Qute EX nous avait impressionnés dans ce domaine, le QBD76 HDSD va beaucoup plus loin dans la restitution des nuances.

Attaque de note : Cette dynamique réaliste et communicative s’illustre aussi dans la rapidité d’établissement des événements sonores, dans un respect des sons transitoires chargés, comme il se doit, en harmoniques. Le Chord, aussi précis qu’il soit, ne saurait se départir de sa musicalité. Il ne verse jamais dans la dureté, voire une restitution « chirurgicale », bien au contraire.

Scène sonore : Comme tous les appareils dotés d’une excellente dynamique et d’un temps de montée quasi instantané, on peut s’attendre à une scène sonore à l’image du contenu des audiogrammes et des intentions artistiques et techniques de leurs auteurs. Le Chord ne possède pas de scène sonore prédéfinie, il suit avec aisance et subtilité ce qu’il doit retranscrire. Il excelle dans la reconstitution des acoustiques de salle, dans le détourage des instruments et la stabilité dans l’espace sonore.

Transparence : Le maitre mot « naturel », déjà évoqué plus haut, s’illustre dans la transparence de la restitution du Chord QBD76 HDSD, toujours prompt à tirer le meilleur parti des audiogrammes, en en extrayant les moindres données au prix d’un réalisme saisissant sur tous types d’enregistrements. Bien sûr, son domaine de prédilection n’est pas le format CD, qu’il restitue de la meilleure façon qui soit, mais les fichiers audio de haute définition, où le Chord va beaucoup plus loin dans le fouillé, les nuances et la musicalité.

Qualité/prix : La haute qualité des algorithmes « maison » entre pour une bonne part dans l’approche qualitative de ce convertisseur audionumérique. Le prix, élevé, n’en est pas moins justifié, en tout premier lieu pour la haute musicalité d’un DAC ne ressemblant à aucun autre, ne serait-ce que par le nombre conséquent de ses entrées numériques, avec, en exergue, l’entrée USB de haute définition recevant des fichiers encodés en DSD. De plus, le design de ce DAC sort résolument de l’ordinaire, en se conformant à l’esthétique si originale du constructeur britannique.

7

Verdict
Si le Capitaine Nemo avait été audiophile en bénéficiant de la technologie actuelle, il aurait certainement opté pour un DAC Chord, et pourquoi pas le QBD76 HDSD qui n’aurait pas fait tache dans son Nautilus. Le design et l’ergonomie ont été élaborés parallèlement à la technologie de traitement des signaux, suivant des algorithmes propriétaires. Dans ce domaine, Chord a creusé l’écart avec bon nombre de concurrents. Les options techniques marquent leur pertinence par leur efficacité et surtout leur musicalité enviable, à tel point qu’elle pourrait faire figure de référence, tant dans la gamme de prix de ce DAC, que dans la classe supérieure. Ce Chord QBD76 HDSD est étonnant, attachant, et terriblement musical. Une grande réussite du constructeur britannique.

Fiche technique
Origine : Royaume-Uni
Prix : 6 350 euros
Dimensions : 338 x 60 x 145 mm
Poids : 7 kg
Consommation : 7 W
Entrées numériques : 2 S/PDIF sur BNC, 2 optiques sur TosLink, 2 AES sur XLR, 2 USB dont une HD
Formats détectés : PCM jusqu’à 384 kHz, DSD64 et DSD128 (192 kHz st DSD128 sur optique).
Rapport signal sur bruit : 120 dB
Gamme dynamique : 122 dB
Distorsion harmonique totale : inférieure à -103 dB
Sorties analogiques stéréo : asymétriques sur RCA, symétriques sur XLR sous 75 ohms