Bannie_re_provisoire

DAC

FOSTEX HP-A4 

109

En gestation depuis plusieurs mois, nous avons suivi avec intérêt l’évolution des différents prototypes. Nous sommes donc fin prêts, après avoir exploré la mouture transportable HP-P1 et son prédécesseur le HP-A3, pour l’écoute de cette nouvelle électronique compacte que Fostex nous propose.

D’une conception assez différente de celle utilisée pour l’excellent HPA8C, dont nous avons abordé la mise à jour dans notre dernier numéro, le HP-A4 succède au HP-A3. Rappelons qu’il est spécifiquement étudié pour l’utilisation au sein d’une configuration minimaliste dématérialisée. La finition a fait de conséquents progrès, à l’image des autres produits haut de gamme de la marque. Le couvercle en alu noir composé de trois parties reprend, malgré sa compacité, cette légère pointe de luxe professionnel que l’on reconnaît à son grand frère le HP-A8C. La façade avant en plexi est parée d’un jeu de boutons offrant un accès à la sélection des sources USB ou TosLink. La section de préamplification peut diriger le flux soit vers l’amplification casque, soit vers les sorties analogiques à l’arrière de l’appareil. Dans cette dernière configuration, le HP-A4 devient un convertisseur séparé traditionnel. Une section d’amplification casque vient donc renforcer l’ensemble. Elle offre notamment le contrôle du volume à l’aide du grand bouton rotatif. Un sélecteur de gain très efficace débrayable est présent pour les casques nécessitant plus de courant. Enfin, deux filtres correcteurs sont laissés à l’appréciation de l’utilisateur. A l’arrière de l’appareil, une paire de sorties analogiques en prise RCA servira, par exemple, à relier le convertisseur à un amplificateur intégré. Une entrée optique offre, quant à elle, une possibilité d’interconnexion avec, par exemple, un lecteur BD. Une sortie optique permet également de relayer le signal vers un système externe. Malgré sa compacité, il offre donc un panel d’options de connexion allant plus loin que le basique.Le Fostex HP-A4 est alimenté par le bus USB et par conséquent n’utilise aucune alimentation externe. Pour tenter d’aller plus loin, nous avons essayé de lui intercaler une alimentation USB externe, avec succès. Nous notons également son excellente compatibilité par le port USB avec toutes les fréquences d’échantillonnage allant du format CD à la haute définition en 24 bits/192 kHz. Les deux formats DSD sont également correctement pris en charge en simple (2,8 MHz, x64) et double densité (5,6 MHz, x128) via DoP en tranches de 176,4 kHz).

110

Fabrication et écoute

Composants : La gestion des entrées numériques est d’origine Asahi Kasei, alors que la conversion est confiée au traditionnel Burr Brown 1792. La qualité du son est sans doute en partie à l’origine du DSP intercalé sur la chaîne de restitution. La section casque dispose d’ailleurs d’un amplificateur opérationnel modulaire d’origine Burr Brown.

Grave : Le bas du spectre se présente avec une belle assise, montrant une réelle aptitude surprenante pour un équipement de cette gamme. L’articulation des instruments montre tout au plus un léger effet de traîne dans l’infragrave. Bien que légèrement en retrait, le bas du spectre est toutefois déjà plus important que sur nombre d’appareils de la même gamme !

Médium : S’il est une force chez Fostex, c’est cette résolution qu’on peut observer à ce niveau sur l’ensemble de ses produits. Parfaitement articulé, le HP-A4 offre une image claire et définie des instruments à tout point de vue. En montant progressivement en résolution vers les formats HD, la justesse des harmoniques apporte un réel plus fort bienvenu.

Aigu : Pour peu que l’on associe un excellent câble USB et un transport d’exception, le HP-A4 offre une étendue de fréquences riche en informations et parfaitement timbrées. Soulignons l’absence de crispation qu’il est en général assez rare d’observer sur ce type d’équipement. La restitution est au final peu colorée et plutôt mate.

Dynamique : Ce petit convertisseur n’est pas d’un caractère rapide et agressif, tant s’en faut. Pour autant, il sait reproduire avec aise les montées et proposer une image riche en nuances dynamiques. Sans extraversion, il s’impose sur ce point avec justesse.

Attaque de note : Le niveau de détail permet de profiter d’une présence d’instrument fort réaliste. Les harmoniques présents apportent une certaine assise à la restitution, effaçant en grande partie l’impression brouillonne ou la sensation de manque. Le HP-A4 joue la carte du naturel et de l’effacement.

Scène sonore : Comme on pouvait s’y attendre, si l’on devait y trouver une limite, principale, elle serait à ce point. L’image stéréophonique, tout en restant d’une linéarité « fostexienne », s’étend peu en largeur et en profondeur. La prestation est, cela dit, intéressante parée d’une belle ciselure dans le médium.

Transparence : Le travail sur l’alimentation étant limité, nous sommes agréablement surpris de la qualité générale sur ce point. Sur les petites formations ou les prises de concert intimistes, le résultat est surprenant de réalisme. Sur les grands ensembles, la simplification est naturellement plus présente.

Qualité/prix : L’équation économique reste un élément déterminant sur ce segment de marché des convertisseurs. Fostex, avec un HP-A4 positionné légèrement en dessous de la concurrence, fait preuve d’une indéniable intelligence commerciale. Ses performances excellentes viennent plaider pour l’intérêt qu’il convient de lui porter.

Verdict
Fostex a fait par le passé plusieurs tentatives de convertisseur destiné au marché des convertisseurs à moins de 500 euros. Avec le HP-A4, la marque affiche des performances dignes d’un appareil d’une tranche de prix supérieure par plusieurs de ses aspects. Couvrant l’étendue complète des échantillonnages PCM et DSD actuels, d’une restitution au médium mat et transparent, il détient à juste titre sa place au hit-parade actuel des équipements avec lesquels il faut compter.

fiche technique
Origine : Japon
Dimensions :113 x 34 x 155 mm
Poids : 500 g
Niveau de sortie casque :100 MW (32 ohms)
Taux de distorsion casque : à 1 kHz 0,04 %
Taux de distorsion : RCA à 1 kHz 0,01 %
Bande passante : 20 Hz - 80 kHz
Format PCM : jusqu’à 24 bits/192 kHz
Format DSD : 2,8 MHz et 5,6 MHz