Bannie_re_provisoire

LECTEUR RESEAU

ATOLL ST100

103

Le lecteur réseau ST100 d’Atoll reprend les caractéristiques de son grand frère le ST200 que nous avons eu l’occasion d’essayer précédemment. Affichant des performances proches de son grand frère sur le papier ainsi qu’une volonté d’amener la lecture réseau à une échelle de prix abordable, nous avons donc testé ce nouveau modèle avec la plus grande attention.

Le lecteur réseau ST100 partage avec le ST200 l’ensemble des technologies et du savoir-faire Atoll en la matière. Construits à l’identique, le ST100 diffère néanmoins esthétiquement par une façade moins épaisse de 4 mm en aluminium. Celle-ci existe en finition noire ou alu naturel. Les commandes sont groupées sur la droite de l’afficheur couleur. Ce dernier offre d’ailleurs, rappelons-le, une résolution et un niveau de luminosité excellent. Le pavé de commande est intuitif à l’utilisation, ses touches sont d’ailleurs plutôt réactives.Les alimentations dédiées aux sections audionumériques et analogiques de sortie ont été revues légèrement à la baisse, ainsi que les étages de liaisons et de filtrage pour s’accorder à l’équation économique. Au rayon de la connectique, cette dernière est riche et propose deux entrées USB dont une en façade pour les clés. La seconde est plutôt réservée au branchement de disques durs. La navigation se fait très simplement par un menu sur l’afficheur. Trois entrées numériques sont présentes. On trouve une entrée RCA coaxiale S/PDIF qui permettra par exemple de relier un transport CD. Une entrée optique TosLink et une USB 2.0 pour ordinateur étendent les possibilités de liaisons en ce qui concerne les sources. Le ST100 est un lecteur réseau, il est donc équipé d’un connecteur Ethernet pour le relier au réseau filaire et une antenne Wi-fi pour l’inscrire sur une borne domestique. Le ST100 saura naturellement accéder aux radios Internet et aux fichiers stockés sur un NAS situé sur le réseau local.Enfin, sa télécommande très complète permettra de naviguer sans l’aide d’applications. Notons qu’il en existe une, pour les tablettes et smartphones sous iOS ou Android.

104

Fabrication et écoute

Composants : La section numérique diffère légèrement de son grand frère en reposant sur un convertisseur Burr-Brown PCM1796. On retrouve également une alimentation délivrant 30 VA et une seconde 3,2 VA pour l’étage de sortie audio. Le filtrage est, comme sur le ST200, généreux, de l’ordre de 9 800 µF. L’étage de préamplification est en pure classe A sans contre-réaction, sa sortie casque est d’ailleurs très équilibrée comme sur le ST200.

Grave : Selon les entrées, le niveau de grave varie assez significativement. Peu présent dans l’ensemble, le bas du spectre s’efface quoi qu’il en soit avec élégance, sur un bas médium manquant par moments de tenue. La signature sonore est plus à la faveur d’une écoute détaillée du médium.

Médium : L’essentiel du message musical passe par l’analyse du médium. Sur ce dernier, le ST100 fait preuve d’une bonne lisibilité mettant en avant notamment les voix. L’entrée coaxiale offre d’ailleurs une restitution moins ciselée qu’à partir d’un ordinateur ou une clé USB. Les différents timbres sont accentués par le détourage du haut médium, contribuant à créer une signature sonore particulière.

Aigu : Le haut du spectre s’impose avec une sensation de grande présence. Dans le prolongement du médium, la restitution reste claire et détaillée. Si, sur les grandes formations, la performance n’égale pas celle du ST200, dans l’ensemble l’accumulation de résonances complexes reste relativement bien lisible.

Dynamique : S’il est un caractère que l’on ne peut prétendre enlever aux électroniques Atoll, c’est bien la dynamique. Le ST100, sur ce point, affirme sa présence avec un filtrage qui manifestement fait un travail plutôt bien exécuté, ne cassant pas la fluidité ni la rapidité de l’étage de sortie audio.

Attaque de note : Dans la même lignée que la dynamique, l’attaque des notes est plutôt bien exécutée, les harmoniques peu dégradées. La sensation de rapidité et de réactivité fait intégralement partie de son caractère. Par moments, on a presque l’impression que la restitution va plus vite que l’original !

Scène sonore : La scène sonore apparaît large mais sans extraversion. Selon les entrées, une légère sensation de projection du médium due à sa ciselure est plus ou moins perceptible. Un peu moins défini sur l’étagement des plans que son grand frère, le ST100 montre tout de même une certaine profondeur de scène. Il met donc plutôt l’accent sur une écoute de proximité.

Transparence : D’une manière générale, la restitution est claire et sans extraversion. On capte l’essentiel du message sur les petites formations. Sur les grandes formations complexes, les choses ne sont pas aussi simples et l’on peut détecter tout au plus des tonalités un peu montantes sur les cordes et une très légère dureté des cuivres.

Qualité/prix : Le ST100 offre avant tout une finition très soignée et une télécommande de qualité. Il intègre nombre d’entrées utiles, des fonctions essentielles couvrant le réseau et le support des formats de fichiers courants. De plus, la navigation est excellente avec son afficheur QVGA de 3,5’’. Difficile de trouver mieux à ce niveau de prix, pour franchir le pas il faut définitivement aller chercher dans la gamme du ST200.

105

Verdict
Construire une version allégée du ST200 semblait un pari difficile à tenir sans pour autant perdre trop en qualité et déprécier l’image de la marque. Le ST100 fait preuve de qualités de restitution que les adeptes d’Atoll reconnaîtront et apprécieront sans aucun doute. Le lecteur réseau apporte un volant fonctionnel et une restitution racée. Il permet d’envisager sereinement un premier pas dans la dématérialisation au travers d’un tarif accessible.

Fiche technique
Origine : France
Prix public : 1 600 euros
Dimensions : 44 x 9 x 25,5 cm
Poids : 6 kg
Dynamique : 123 dB
Impédance de sortie : 100 ohms
Niveau de sortie : 2,4 VRMS
Rapport signal/bruit : 123 dB
Taux de distorsion à 1 kHz : 0,005 %
Bande passante : 5 Hz - 20 kHz
Fichiers lus : FLAC ou WAV
jusqu’à 24 bits/192 kHz