Haute Fidélité

Pré-Amplis & Amplis

PLINIUS TAUTORO


Au-dessus du préamplI M8 testé en son temps dans nos colonnes, Plinius propose désormais une version haut de gamme de ce type de maillon. Il est disponible avec ou sans étage Phono, mais c’est dans cette dernière version, que nous l’avons essayé.

Le préamplificateur Tautoro est présenté par Plinius comme le complément parfait des amplificateurs de la marque les plus sophistiqués, et notamment des modèles SA-Reference et SA-103 Class A. Il aurait même été spécialement conçu et réalisé à la demande de certains possesseurs de ces appareils, qui désespéraient de trouver le préamplificateur idoine. Le but de sa conception, évident, était donc de transporter, de la manière la plus transparente possible, le signal, depuis le lecteur de CD ou le préamplificateur Phono de la marque vers l’amplificateur de puissance. Sans, selon la formule consacrée, ne rien ajouter et ne rien retrancher au signal originel… Cet appareil, nous l’avons dit, est disponible avec ou sans un étage Phono intégré, mais sans que l’on ne puisse apparemment procéder à l’ajout de l’étage dans un deuxième temps. Il faudra alors obligatoirement s’offrir le préamplificateur Phono de la marque, le modèle Koru, donc l’étage Phono du Tautoro est d’ailleurs directement dérivé. La présentation est bien sûr tout à fait dans les critères de la marque néo-zélandaise. Ce qui signifie notamment une face avant particulièrement haute, avec des angles largement incurvés, une plaque d’aluminium gravée dans la masse, et enfin une face arrière d’une inimitable couleur bleue… avec deux poignées de transport également usinées dans les plaques latérales en aluminium.
En façade, il n’y a qu’un seul gros bouton de volume, plus des petites touches de sélection des entrées, cette sélection étant rappelée par l’allumage d’une diode au-dessus du poussoir correspondant. Une remarque à ce sujet : lors de nos premiers essais, nous étions très critiques devant l’incroyable luminosité de ces petites diodes, vraiment gênante. Mais c’était avant de découvrir que, sur la télécommande – le « bâton en aluminium » déjà rencontré avec d’autres appareils Plinius, il y a une touche « Display » qui permet de faire varier cette luminosité, et ce sur trois valeurs différentes plus leur extinction pure et simple. Au temps pour nous, donc… Notez au passage que cette télécommande pilote également le lecteur de CD Plinius CD101, s’il est intégré dans votre système.



 La belle face arrière bleue montre que toutes les entrées et sorties sont purement et simplement doublées en asymétrique (RCA) et symétrique (XLR). Pour chaque entrée, vous devez toutefois indiquer à l’appareil quel standard vous avez choisi, via un petit sélecteur à deux positions. Il y a quatre entrées Ligne, plus l’entrée Phono dans la version correspondante du Tautoro, plus une sortie dite « HT Bypass » ; elle permet de « court-circuiter » l’appareil, dans une configuration Home Cinema par exemple, pour attaquer par exemple un processeur Surround externe. La sortie générale est double, ne serait-ce que pour bénéficier totalement des bienfaits éventuels d’une bi-amplification. Il y a enfin une sortie Ligne, ainsi que les prises de commutation Trigger en entrée et en sortie, permettant de coupler l’allumage et l’extinction de plusieurs appareils à partir d’un seul – éventuellement le Tautoro. Enfin, le choix de la charge et du gain de l’entrée Phono se fait via des microswitches, directement accessibles en face arrière, et que l’on règle bien sûr en fonction de la cellule utilisée. L’installation de ce préamplificateur nécessite une étagère de bonne taille. On constate d’autre part que les quatre pieds affleurent pratiquement avec le châssis en aluminium proprement dit. Celui-ci possède par ailleurs, comme vous pouvez le constater sur les photos, un pied réglable à l’avant droit, sorte de gros palet rond facilement préhensile. Après quelques essais, et à moins d’utiliser carrément des supports indépendants genre Aktyna, nous vous conseillons de mettre l’ensemble du châssis « sous tension » en utilisant ce plot de réglage. Les résultats nous ont semblé en effet légèrement meilleurs ce faisant. 

ECOUTE

Timbres : Nous avons effectué la plus grande partie des essais en association avec l’amplificateur Plinius SB-301, essayé dans un numéro précédent. Mais nous avons tout de même complété nos conclusions en écoutant le Tautoro avec notre FM Acoustics habituel. En ce qui concerne les timbres, tout d’abord, il apparaît clairement que le Tautoro a bien été conçu, avant tout, pour ne pas intervenir, si l’on peut dire, sur le résultat final. Il parvient donc pratiquement à se faire totalement oublier ! Et il le fait vraiment avec une grande humilité, puisque nous sommes quasiment persuadés que, si nous avions utilisé une source à niveau de sortie réglage en entrée directe de l’amplificateur SB-301, puis que nous ayons ensuite intercalé le Tautoro, nous n’aurions pas entendu de différence notable… sauf, peut-être, à cause des inévitables câbles de liaison ajoutés ! En cherchant bien, peut-être peut-on dire que le Tautoro ajoute un peu de soyeux dans le haut-médium et l’aigu, mais sans que cela ne change jamais fondamentalement la personnalité de l’amplificateur auquel il est associé. Neutralité absolue : tel est donc le credo du Tautoro dans ce domaine, et c’est bien finalement ce qu’on lui demande.

Dynamique : Puissance, rapidité, vigueur : tels sont les qualificatifs généralement utilisés pour décrire l’écoute des amplificateurs de puissance Plinius. Là encore, le rôle du Tautoro est de ne jamais entamer ou réduire cette richesse dynamique et cette énergie naturelle. Il s’en sort parfaitement bien, même si, parfois, il nous a tout de même semblé qu’il calmait un tout petit peu les ardeurs des sources les plus violentes. Après réflexion, nous pensons qu’il s’agit là d’une situation particulière due à l’adaptation parfaite entre certaines sources et le préamplificateur. En effet, le Tautoro présente une sensibilité d’entrée particulièrement élevée, mais un niveau de sortie relativement bas (la valeur de référence habituelle, c’est le 0 dBm qui représente 0,775 mV environ). D’ailleurs, ce phénomène – très ténu, rassurez-vous, n’a été sensible qu’en de rares occasions, et en association avec l’amplificateur FM Acoustics, jamais avec le SB-301. De là à conclure qu’il vaut toujours mieux utiliser un préamplificateur et un amplificateur de puissance de même marque, il y a un pas que nous ne franchirons sûrement pas, dans l’absolu, tout en constatant que c’est souvent une garantie supplémentaire de résultat parfait.

Image : Strictement aucun souci dans ce domaine : le Tautoro respecte parfaitement la scène sonore des enregistrements, et parvient même toujours à l’exalter. Largeur, profondeur, précision de la focalisation, toute la batterie des remarques habituellement utilisées dans ce domaine mérite ici d’être utilisée, tant les résultats sont excellents. Parfaits, même. Avis aux amateurs d’enregistrements en direct « live »…

Transparence : Là aussi, le Tautoro réussit un sans-faute, en ce sens qu’il ne modifie en rien la sensation de naturel et de transparence procurée par la source d’une part, et l’amplificateur de puissance d’autre part. Mieux encore, il parvient une fois de plus, à leur laisser leur totale personnalité sonore, sans jamais chercher à y apporter sa propre « vision » du son. Ce qui signifie, tant avec le SB-301 que le FM Acoustics, une superbe matière sonore, du grain et de la texture, le tout accompagné d’un suivi mélodique toujours exceptionnel. Ce préamplificateur parvient rapidement à se faire totalement oublier, ce qui, finalement, est le plus beau compliment que l’on puisse lui faire !

 

VERDICT

Lors de l’essai de l’amplificateur Plinius SB-301, nous soulignions le fait que, sous ses airs placides, il était nerveux, clair, imperturbable et insaturable… Eh bien, finalement, c’est bien la même impression qui ressort de l’écoute du préamplificateur Tautoro. Au départ, on lui trouve une certaine placidité, nonchalance même. Mais c’est pour mieux, au fil des écoutes, vous faire profiter de sa vraie transparence et son incontestable neutralité. Ceux qui attendent du préamplificateur qu’il modifie le son de manière spectaculaire seront certainement déçus. Ceux qui, au contraire, recherchent un préamplificateur qui ne retire rien des qualités de leurs sources et – surtout – de l’amplificateur de puissance patiemment et soigneusement sélectionnés, trouveront là un allié de choix qui ne les trahira pas. Il est complet et très agréable à utiliser par ailleurs, ce qui adoucira un peu le prix auquel le Tautoro fait payer ses qualités.

 

FICHE TECHNIQUE

Origine : Nouvelle-Zélande

Prix : Tautoro Ligne : 7 000 euros. Tautoro Phono : 8 100 euros

Dimensions : 44,5 x 16 x 47,5 cm

Poids : 16 kg

Bande passante : 20 Hz à 20 kHz à ± 0,2 dB

Distorsion : DHT < à 0,05 % à la sensibilité nominale

Bruit : - 80 dB (A)

Sensibilité d’entrée : 125 mV asymétrique, 62 mV symétrique

Niveau de sortie nominal : 500 mV/ 10 kΩ

Entrée Phono : gain réglable 50, 56, 60 et 66 dB

Charge réglable 47 kΩ, 470 Ω, 100 Ω, 47 Ω et 22 Ω

Bande passante RIAA : 20 – 20 000 Hz ± 0,2 dB

Distorsion : < 0,01 %